Archives par étiquette : Picardie

Carrière de la Nacelle

Entrer dans cette carrière s’avère difficile. Il faut d’abord passer une chatière puis escalader un mur de tôles. Cette carrière, moyennement étendue, a servi en tant que champignonnière. Les galeries sont très propres, aucune dégradation visible.

La culture du champignon s’est fait ici, en sacs. Quelques vestiges d’exploitations sont présents comme une benne de wagonnet, un bassin et un réservoir à eau de champignonniste. Près de l’entrée, une 2CV gît en piteux état.

 

Les graffitis que l’ont retrouve dans cette carrière :

 

Carrière des ânes

Cette carrière de calcaire est moyennement étendue. Les galeries partent dans tous les sens rendant la progression labyrinthique. Cette carrière ne semble pas avoir été convertie en champignonnière, seule l’extraction de la pierre a eu lieu ici.

Camping des marais

Cet ancien camping municipal a fermé ses portes fin 2017. Le site était mal géré, des bagarres et des troubles du voisinage incessants ont contribué à l’arrêt de l’activité. Par ailleurs, les installations sanitaires et douches n’étaient pas aux normes ou très dégradées.

Aujourd’hui, les allées désertées sont encore peuplées de leurs caravanes et mobil-homes, en grande partie cannibalisés.

Villa du grand parc

Au milieu d’un grand parc trône cette ancienne villa. Celle ci a subi un incendie, il ne reste que les murs, les planchers sont à terre. Plus près de l’entrée principale, un bâtiment avec de nombreux plateaux métalliques.

 

Carrières du Barbassin

Dans cette petite commune de l’Aisne, trois petites carrières répertoriées. La première est décevante, petite et totalement taguée. Dans les deux autres, des traces d’aménagements militaires ainsi que des restes de barbelés. A une des entrées se trouve un blason du 62ème régiment d’artillerie, actif dans ce secteur de 1914 à 1917.

Carrière Bertram

Perdue en plein bois, cette petite carrière a été occupée par l’armée allemande lors du conflit 14/18. Des aménagements y ont été réalisés. On y retrouve des pièces décorés par du papier peint, une sculpture à taille humaine d’un soldat et un magnifique autel religieux.

 

Carrière des 145 poilus

Cette carrière située sur les hauteurs de Ciry Salsogne, dans l’Aisne, a été le témoin d’un terrible événement. Le 8 août 1918, 189 soldats français sont morts enseveli dans l’explosion de la carrière. Les soldats allemands avaient miné la cavité avant de quitter les lieux. Grâce à une association locale, un mémorial a vu le jour à l’entrée de la carrière pour se souvenir de ces soldats morts pour la France

Maison du routier

En bordure de route deux maisons à l’état d’abandon. La végétation très présente empêche temporairement d’accéder à la deuxième.

Carrière de la Croix Blanche 2

Nouvelle ballade le long d’un sentier forestier déjà partiellement parcouru. Deux nouvelles cavités trouvées et visitées. La première est plutôt étendue. On y trouve des vestiges d’aménagements militaires ainsi que quelques gravures et dates sur les parois. Cette carrière a servi de refuge à des soldats français lors du conflit 14/18. Elle est très propre, pas de zone noircie ou de dégradations humaines.

La deuxième cavité plus loin s’apparente plus à une grotte. Une seule grande salle avec une zone effondrée.

Carrière du Chauffour

Cette magnifique carrière est isolée dans une réserve de chasse privée. Elle a servi pendant la guerre 14/18 de base arrière aux soldats français. On y retrouve des aménagements tels des habitations troglodytes qui abritaient les plus gradés. Le nombre de gravures et de bas reliefs est impressionnant même si une majorité ont été mutilées par le temps et des visiteurs peu respectueux. Bien caché au fond d’une galerie un splendide autel religieux avec le nom des soldats tombés au champ d’honneur. Un endroit tout bonnement incroyable.

Le site est en intégralité classé au titre de monument historique.

Carrière du 416RI

Cette carrière de moyenne importance a accueilli des soldats français pendant le conflit 14 18. On y retrouve des marquages du 416ème régiment d’infanterie et du 2ème Génie.

Celle-ci à un développement labyrinthique, les galeries partent dans tous les sens. Quelques vestiges sont présents : reste d’un sommier, semelles de chaussures et vieilles boites de conserve témoignent du passé.

 

Ici un relevé des nombreux écrits que l’on trouve dans les galeries :

 

Carrière de la Croix Blanche

Cette petite carrière de calcaire se situe dans un sous bois, près d’un chemin de randonnée. L’accès est plutôt simple, peu de végétation cette fois ci.

La carrière n’est pas très étendue mais à le mérite d’être très propre et d’avoir quelques vestiges remarquables. Sur les parois, plusieurs graffitis de carriers mais surtout des graffitis de soldats dont un bel autoportrait. Près d’une des entrées plusieurs bobines de barbelés, peut être datent elles de la période 14 18.

Carrière des Bosquets

Cette petite carrière de calcaire est localisée en bord de route. Comme beaucoup de cavités, elle a servi de dépotoir pour déchets en tout genre pendant des années.

Une fois passé cette zone peu accueillante, on arrive au niveau de la zone d’extraction. L’exploitation s’est faite sur plusieurs niveaux. Les traces d’explosifs sont bien visibles au ciel.

Peu de vestiges sont encore présents, si ce n’est quelques blocs découpés et des restes d’électrification. A noter l’absence de graffiti de carriers, empêchant de dater les années d’activité.

Carrière des bocaux

Deux carrières de taille différentes situées au même lieu dit :

La plus grande est une ancienne champignonnière dans un état déplorable. Incendiée, jonchée de déchets et de voitures brûlées (au moins 11 véhicules), il n’y a plus rien à voir dans celle-ci. Pas de photos car aucune inspiration photographique dans ce lieu.

La petite est assez bien cachée dans la broussaille. Elle est peu étendue mais présente de nombreux points intéressants. On y trouve des milliers de bocaux en verre, empilés les uns sur les autres, formant de véritables vagues. Autre curiosité un ancien camion benne qui semble coincé dans une galerie. Comme quoi la taille de la cavité ne fait pas forcement la beauté !!

Fonderie du marécage

Cette ancienne fonderie a subi vandalisme et incendie. Plus grand chose à voir ici, à part des bâtiments vides et tagués et une épave de voiture brûlée.