Archives de catégorie : Carrières / creutes / grottes

Carrière qu’un clou

Petite carrière de gypse de troisième masse qui comprend une galerie effondrée et une autre inachevée. Les entrées en cavage, murées, sont isolées en plein bois.

Carrières des tambours

Cette carrière de gypse de seconde masse est complètement isolée en plein bois. Celle-ci est riche en vestiges d’exploitation. Devant le cavage se trouve les restes d’un treuil dont la suite est visible à l’intérieur. A noter également la présence d’une écurie parfaitement préservée. La visite de cette carrière se concentre essentiellement sur son tunnel d’accès car l’accès aux galeries est aujourd’hui impossible suite à un effondrement massif.

Champignonnière des vigilants

Cette champignonnière, de moyenne dimension, a fermé ses portes il y a une dizaine d’années. Tout est encore en place, chambre froide, balance, bureau, on pourrait croire que l’activité s’est arrêtée il y a peu. Cette carrière possède de nombreux bacs à eau.

 

Troglodytes Saint Michel

Sur les hauteurs d’une grande vile normande, plusieurs habitations troglodytes sont laissées à l’abandon. Celles-ci sont taillées dans la falaise de craie, très présente dans ce secteur. Le site sert de lieu de fête et doit être squatté, les déchets sont malheureusement nombreux.

Carrière des renards

Au même lieu dit plusieurs cavités de tailles variables. Cela va de la simple grotte à la carrière de taille moyenne. Une des carrières est visitable, l’autre grande est hermétiquement fermée par des grilles.

 

 

Carrière des Grands Merriers

Cette carrière de calcaire moyennement étendue est dans un état de préservation plus correct. Le chemin d’accès est quasi invisible depuis la route, il faut savoir où chercher pour espérer la localiser. A l’entrée de cette carrière, plusieurs équipements agricoles, vers le fond les chantiers avec plusieurs blocs taillés et numérotés.

 

Quelques graffitis de carriers et de signatures de soldats (1ère G.M) :

Carrière des perfectionnistes

Cette vaste carrière de craie s’étend sur plusieurs niveaux reliés entre eux par des escaliers ou des pentes douces. La hauteur des galeries est ici tout aussi impressionnante que le travail des carriers. Le travail est soigné, le ciel de carrière et les galeries parfaitement taillés. La carrière fut par la suite utilisée en champignonnière, de nombreuses mottes témoignent de cette époque. De nombreux autres vestiges d’exploitation sont visibles comme plusieurs wagonnets, un treuil reliant les différents niveaux ainsi que les vestiges d’un monte charges.

Cette magnifique carrière est malheureusement destinée à finir combler sous des tonnes de remblais et autres immondices, afin d’accélérer la construction de bâtiments en surface. Les promoteurs et les élus locaux se souciant peu du patrimoine qui se trouve sous leurs pieds.

 

Carrière Sylvain

A quelques pas d’une carrière de craie transformée en laboratoire, se situe cette autre petite carrière. La visite est rapide, une grande salle avec un pilier massif et une petite galerie.

Carrière du scientifique

Cette petite carrière de craie fut utilisée par un scientifique pour des expériences en milieu souterrain. Des aménagements sont encore visibles dont de nombreuses petites fosses installées dans une des salles.

Carrière des Vallières

Cette carrière de calcaire, de dimension modeste, présente plusieurs marquages de soldats allemands. Au fond de cette carrière, une ancienne machine agricole rouille en silence.

Carrière du Roule

Cette petite carrière de craie, un temps exploitée pour l’extraction de blocs de craie, fut transformée en champignonnière. On y trouve de nombreuses bâches de séparation. A l’entrée une remorque et un concasseur de blocs attendent de reprendre du service.

Marnière du Huas

Petite crayère avec deux minuscule galeries. A l’entrée un énorme tas de silex provenant peut être de l’exploitation de la marnière.

Carrière Merriers

Petite carrière de calcaire possédant quelques aménagements de 14/18. On y retrouve un ancien abreuvoir, des tôles abris et deux piliers maçonnés.

Carrière de l’auberge

Cette vaste carrière de calcaire a connu une histoire mouvementée. La carrière s’est retrouvée en première ligne durant les combats opposant français et allemands sur le chemin des dames. Elle fut successivement occupée par les différents belligérants. Dernièrement, elle a accueilli une vaste champignonnière.

 

Visite antérieure (2017) :

 

 

Carrière Papaillot

Cette vaste carrière de calcaire est isolée entre bois et champs. Le creusement est ancien et part dans tous les sens, formant un vrai labyrinthe. Vers l’entrée principale, plusieurs  gravures de soldats allemands stationnés là lors de la guerre 14-18.