Archives de catégorie : Carrières / creutes / grottes

Carrières de la Pelle à four

Vers le lieu dit la Pelle à Four, deux carrières accessibles. L’une plutôt étendue sert de stockage à patates et de casse automobile. L’autre plus petite accueille du matériel agricole.

 

Descenderie de l’oubli

Cette ancienne descenderie permettait la jonction entre la carrière de gypse située juste au dessus et la plâtrière en contrebas. Les wagonnets transitaient par le tunnel et remontaient grâce à un système de treuil encore présent. Aujourd’hui la liaison descenderie-carrière est définitivement interrompue par un éboulement. A noter la présence d’un petit squat cataphile.

Carrière des bouleaux

La carrière des bouleaux est une petite cavité perdue en plein bois. Une grille protège son entrée mais un accès permet de la contourner. Elle fut utilisée en tant que champignonnière, les sacs de culture occupent la moitié du volume de cette cavité. Les renforts sont divers : piliers à bras et traverses en bois

Grotte du Mont Roberge

Petite grotte en bordure de la grande carrière du Mont Roberge.

Carrière Le Vivray

Perdue dans les bois, cette ancienne champignonnière est plutôt étendue. Son entrée par cavage est bloquée par une grille mais un accès bien caché permet d’accéder aux galeries. A noter la présence d’une zone de champignonnière en sac

Carrière du Bois du Val

Cette petite carrière du Val d’Oise possède plusieurs entrées en cavage. Peu étendue, elle présente pas mal de fontis dont un sert d’accès secondaire en cas de beau temps.

Carrières de la Grande Garenne

Les carrières de la Grande Garenne sont constituées d’une partie à ciel ouvert mais également d’une partie souterraine peu étendue mais agréable à visiter. Celle-ci est renforcée par des étais en bois, un petit air de Puiselet.

Carrière du Vernonnet

Pas loin d’une carrière en activité, cette petite champignonnière est laissée à l’abandon. A l’entrée une remorque et un concasseur de roche. On fait le tour très rapidement, les galeries sont peu étendues.

Carrière Corgniot

En bordure des champs, cette carrière de moyenne taille est visitable. Fermée par une grille, un passage largement ouvert sur le côté, permet d’accéder aux galeries. Aucune trace de reconversion en champignonnière, l’extraction de blocs calcaire fut la seule activité réalisée ici.

Quelques restes de vieilles machines agricoles sont visibles vers l’entrée en cavage. L’ensemble de la carrière est très propre, pas de traces d’incendie, ni de dépôts sauvages.

 

Carrière Barthélémy

Cette gigantesque carrière reconvertie en champignonnière s’étend sous une grande partie du bois. Un escalier métallique fait la jonction entre le premier et le second niveau. De très nombreuses caves, dans certaines, des traces de culture en sac. Elle ferma ses portes en 2002.

Carrières de la Croix des Pointes

Deux carrières en bordure de l’Oise.

La première cavité est peu profonde, quelques gravures curieuses sont visibles

La grande carrière se trouve à côté d’un centre de formation en activité. L’entrée est impressionnante. Le sol est tapissé de fientes de pigeon et pas mal d’ordures sont entassées ici. Des piliers maçonnés et une belle arche à l’entrée donnent de l’intérêt à cette carrière assez dégradée dans l’ensemble.

Carrière des Groues

Visite sous un temps pluvieux de la carrière des Groues. Le cavage est au bout d’une allée en plein milieu d’un quartier pavillonnaire. Cette petite cavité a servi au stockage de ferraille.

On y trouve de vieux vélos et un tractopelle. Cette sympathique carrière présente aussi de belles arches de confortation.

 

Carrière Maryon

A proximité d’un hangar où est stocké de la paille et quelques engins agricoles, une ancienne champignonnière. Plutôt propre, assez étendue, on y retrouve une épave de 2CV qui a fait son temps.

Carrières du Buat

Visite de deux carrières souterraines se trouvant côte à côte, le long d’une petite route.

La première comprend une petite partie troglodyte. Peu profonde et assez taguée, on en a vite fait le tour :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On accède à la deuxième cavité par un fontis. Un peu dégradée vers l’entrée, on trouve un peu plus loin des galeries plus anciennes avec de nombreux piliers à bras.

Ce diaporama nécessite JavaScript.