Archives pour l'étiquette urbex

Cinéma de l’audace

Une exploration inédite et originale : la visite d’un ancien cinéma. Situé autour de nombreux bâtiments actifs, il aura fallu être discret et trouver un bon créneau pour arriver à pénétrer dans le site.

Ce cinéma possède plusieurs salles de projection, encore équipées de leurs sièges.

A l’étage se trouve la plus grande salle du complexe. Des rangées de fauteuils vides attendent désespérément des spectateurs.

Au dessus des salles de projection se trouvent les différentes salles techniques. On y trouve des anciens projecteurs et quelques bobines de films.

Discothèque des Pin-up

Visite d’un lieu atypique et original : une ancienne discothèque. C’est la deuxième que je visite mais la précédente était en partie brûlée et barricadée. Celle-ci est beaucoup mieux conservée et surtout plus intéressante en terme de vestiges.

Début de la visite par le bar près de l’entrée. Les tabourets sont toujours là et quelques consommations traînent sur le comptoir.

Plus loin le dance floor avec ses gradins.

Dans un coin, encore présente, la cabine du DJ.

A l’étage, un autre bar, plusieurs tables et des coins VIP.

Une visite bien sympa et originale dans l’obscurité. Plusieurs lampes ne sont pas de trop.

Manoir de la perdition

Exploration sous un temps pluvieux de cet ancien manoir perdu au milieu de son parc.

A l’intérieur, tout s’écroule, la pluie passe à travers les nombreux trous dans la toiture. Un escalier monte vers les étages. Y grimper serait suicidaire.

Dans la salle principale, des portes et des radiateurs pendouillent dans le vide. Ce site est vraiment dangereux, mieux vaut éviter de s’éterniser ici.

Une seule salle reste a peu près correct mais pour encore combien de temps ?

Après la visite du manoir en lui même, direction les dépendances en passant par le parc. Celui-ci sert de temps en temps comme terrain de chasse donc prudence.

Celles-ci résistent mieux à l’épreuve du temps. On y retrouve des traces de vie anciennes. Quelques bouteilles sur la table, des verres au contenu suspect.

A l’étage, deux anciens lits et quelques pièces vides.

Les autres bâtiments comportent d’anciens outils agricoles.

 

 

 

 

 

 

L’usine d’extraction de pierres

Exploration d’une ancienne usine d’extraction de pierre. Le site est complètement isolé en pleine campagne.

Début de la visite par les petits bâtiments jouxtant les entrepôts. Assez dégradés, ils présentent peu d’intérêts. Seul le petit labo contient quelques traces d’activités.

La visite continue avec les entrepôts. Cette partie est la plus intéressante et représente l’intérêt majeur de cette exploration.

Une pointeuse assez bien préservée près de l’entrée.

De nombreuses machines sont encore présentes. On pourrait croire à un arrêt temporaire de l’activité. A part quelques rares tags, tout semble être resté en l’état depuis la fermeture de l’usine.

A certains endroits, des stocks emballés attendent preneurs.

Un panneau de contrôle gère l’ensemble des tapis roulants. Une nappe d’hydrocarbure empêche d’approcher davantage.

On est vite impressionné par les volumes : de gros tuyaux, des escaliers dans tous les sens, des machines.

Il est possible de monter en haut des silos via une succession d’échelles. L’escalade s’avère dangereuse, les structures sont instables et rouillées. Inutile de risquer sa vie pour quelques points de vue.

 

 

Manoir Saint Martin

Découvert par hasard en effectuant des recherches sur google maps, ce manoir semblait abandonné.

Arrivé sur place pour repérer les lieux, le constat est sans appel : vitres cassées ou ouvertes, végétation touffue, grille déchaussée. Aucun doute, cette demeure bourgeoise est désertée depuis un long moment.

Plusieurs accès sont possibles pour accéder dans le parc de la demeure. Nous choisirons le plus discret.

L’intérieur est assez vide mais plutôt bien préservé.

Quelques assiettes à côté d’une fenêtre du rez de chaussée.

Une pièce avec de belle boiserie et quelques motifs jolis. Quelques gribouillages à ce niveau et près de l’entrée, ailleurs tout est propre.

Une pièce qui devait être la cuisine. Il ne subsiste que le four et des mosaïques au mur.

Dans cette aile, trois niveaux sont desservis par l’escalier dont le grenier. Dans les étages, une succession de pièces vides dont une où le plafond du grenier s’est effondré.

Effondrement vu d’en haut :

Retour vers le rez de chaussée.

Passage à la cave. Ici quelques traces de vie : beaucoup de bouteilles, un tonneau et un range bouteilles rempli.

Direction l’aile gauche du manoir. Il comprend deux niveaux.

Par un petit escalier, on accède au grenier. Celui-ci fait très rustique avec des poutres en bois et un sol comportant des moellons.

Après une trentaine de minutes de visite, direction la sortie.

Une dernière photo de la façade du manoir avant de repartir.

 

 

L’école des ingénieurs

Visite d’une ancienne école supérieur d’ingénieur. Le site se compose de deux bâtiments très facile d’accès, peut être trop, ce qui fait que les dégradations sont très importantes.

Visite du premier bâtiment :

Une plaque métallique empêche l’accès aux étages supérieurs.

Direction le deuxième bâtiment, à côté de la route et des habitations.

Le sol est jonché de déchets, de nombreuses traces de squat sont visibles.

Dans le sous sol, plusieurs épaves de Renault 4L malmenées. Elles ont servi au rally 4L organisé régulièrement par les écoles d’ingénieurs.

Dans les étages, une succession de pièces vides et très dégradées.

Seule chose intéressante à voir ici, un amphithéâtre avec ses sièges.

Direction la sortie et fin de la visite.

 

 

Le centre d’archives

Exploration d’un ancien centre d’archives d’une grande banque française. Le site se compose de trois bâtiments.

Le premier bâtiment servait de logements aux personnels. Très vide, il ne présente pas vraiment d’intérêt. Direction le second, bien plus grand.

Cet entrepôt comprend plusieurs salles de stockage avec la présence de nombreux rayonnages de tailles variées.

Après avoir le tour de grand bâtiment, direction le troisième et dernier bâtiment de ce site.

Comme dans le précédent des dégradations sont visibles. Le site a subi un pillage de câbles et d’éléments métalliques par des visiteurs peu scrupuleux.

L’intérêt principal de cet ultime entrepôt est la gigantesque salle d’archivage. Les volumes sont tout bonnement impressionnants. Les étagères montent jusqu’au plafond.

On y retrouve plusieurs rangées à perte de vue.

Au bout de la salle se trouve le robot qui permettait de se balader entre les rayonnages. Celui-ci dépasse largement les 5 mètres. On accède au sommet par une échelle.

Verdict : Cette friche industrielle a subi comme bien d’autres de son secteur, un pillage systématique et des dégradations de casseurs. Malgré cela, ce site reste intéressant par la perspective qu’offre tous ces rayonnages et une bonne luminosité.