Archives par étiquette : Oise

Carrière Barthélémy

Cette gigantesque carrière reconvertie en champignonnière s’étend sous une grande partie du bois. Un escalier métallique fait la jonction entre le premier et le second niveau. De très nombreuses caves, dans certaines, des traces de culture en sac. Elle ferma ses portes en 2002.

Les vestiges du parc

Dans un parc déjà visité une fois auparavant, se trouve une maison ruinée ainsi qu’un puits et une petite cave maçonnée.

Carrière Maryon

A proximité d’un hangar où est stocké de la paille et quelques engins agricoles, une ancienne champignonnière. Plutôt propre, assez étendue, on y retrouve une épave de 2CV qui a fait son temps.

Carrière Lacroix

Cette jolie carrière, en bordure de route, possède deux entrées, l’une en face de l’autre. Le ciel est renforcé par un système de hague et bourrage. Des renforts plus récents sont également visibles car la route passe juste au dessus.

Certaines galeries sont de faible hauteur, rendant la progression difficile.

Carrière du pont romain

Visite d’une petite carrière dans l’Oise. Peu profonde, la beauté du site se trouve à l’extérieur avec ses cavages gigantesques et le magnifique pont romain à l’entrée de la tranchée.

 

Carrière de la Longue Haie

Visite d’une petite carrière en bordure d’une route de l’Oise.

L’accès au cavage est compliqué. Le chemin est recouvert par une décharge sauvage. C’est dommage de trouver une telle pollution dans un coin aussi isolé.

A l’entrée une inscription ancienne avec une niche pour accueillir une Sainte Barbe.

Carrière Peroche

Visite d’une petite carrière ayant servi de lieu de stockage.

A proximité de la carrière, une petite grotte avec un four à pain.

Carrière des réfugiés

Cette carrière a la particularité d’avoir son accès par cavage à une dizaine de mètres du sol. Un tas de remblais permet temporairement d’y accéder. Elle a accueilli pendant les bombardements de la ville, des populations civiles.

A l’entrée, plusieurs vestiges sont déjà visibles. On y trouve plusieurs lits repliés ainsi que deux tonneaux d’un autre âge.

MAJ : Depuis notre visite, la carrière a été vidée. Les lits et le pot de chambre ont été récupérés par le musée local.

Dans un recoin, un lit solitaire et des caisses en bois.

Dans une zone aménagée, plusieurs lits sont présents ainsi qu’un pot hygiénique. A chaque extrémité, on retrouve des vestiges de portes, rongées par le temps.

Cette carrière comprend de très nombreux piliers à bras. Elle fut renforcée par un système de hagues et bourrages.

Ce premier réseau communique avec un autre. Dans cette zone voisine plusieurs effondrements bouchent les galeries.

Les piliers à bras sont très fatigués. On voit de très nombreuses fissures sur les blocs.

Une ancienne gamelle :

Une fois cette partie visitée, direction la sortie.

Cette carrière va bientôt être complètement remblayée par le chantier au dessus. Elle emportera avec elle ses vestiges.

 

 

 

Carrière Gandrille

La carrière Gandrille a servi en tant que champignonnière. Plutôt vaste, l’intérieur est propre. Ici, pas de tags, ni de traces d’incendie, ce qui rend la visite agréable.

Autour du cavage, on trouve plusieurs baraquements et un ancien camion dévoré par les arbustes.

A l’entrée de la carrière, la partie bureau avec encore un peu de mobilier.

Le vestiaire avec ses casiers :

Un peu plus loin une balance de champignonniste.

Dans les caves, plus de sacs à champignons. Tout a été vidé à la fermeture.

La partie chaudière avec ses cuves à fioul.

Après s’être promené dans les caves et les galeries d’inspection, retour vers l’entrée en repassant par la zone atelier.

Sur une palette, tout un tas de pierre :

Sortie de la carrière et fin de cette visite.