Carrière des réfugiés

Cette carrière a la particularité d’avoir son accès par cavage à une dizaine de mètres du sol. Un tas de remblais permet temporairement d’y accéder. Elle a accueilli pendant les bombardements de la ville, des populations civiles.

A l’entrée, plusieurs vestiges sont déjà visibles. On y trouve plusieurs lits repliés ainsi que deux tonneaux d’un autre âge.

MAJ : Depuis notre visite, la carrière a été vidée. Les lits et le pot de chambre ont été récupérés par le musée local.

Dans un recoin, un lit solitaire et des caisses en bois.

Dans une zone aménagée, plusieurs lits sont présents ainsi qu’un pot hygiénique. A chaque extrémité, on retrouve des vestiges de portes, rongées par le temps.

Cette carrière comprend de très nombreux piliers à bras. Elle fut renforcée par un système de hagues et bourrages.

Ce premier réseau communique avec un autre. Dans cette zone voisine plusieurs effondrements bouchent les galeries.

Les piliers à bras sont très fatigués. On voit de très nombreuses fissures sur les blocs.

Une ancienne gamelle :

Une fois cette partie visitée, direction la sortie.

Cette carrière va bientôt être complètement remblayée par le chantier au dessus. Elle emportera avec elle ses vestiges.