Archives pour l'étiquette abandonnée

Carrière Gandrille

La carrière Gandrille a servi en tant que champignonnière. Plutôt vaste, l’intérieur est propre. Ici, pas de tags, ni de traces d’incendie, ce qui rend la visite agréable.

Autour du cavage, on trouve plusieurs baraquements et un ancien camion dévoré par les arbustes.

A l’entrée de la carrière, la partie bureau avec encore un peu de mobilier.

Le vestiaire avec ses casiers :

Un peu plus loin une balance de champignonniste.

Dans les caves, plus de sacs à champignons. Tout a été vidé à la fermeture.

La partie chaudière avec ses cuves à fioul.

Après s’être promené dans les caves et les galeries d’inspection, retour vers l’entrée en repassant par la zone atelier.

Sur une palette, tout un tas de pierre :

Sortie de la carrière et fin de cette visite.

 

 

L’école d’architecture

Cette école d’architecture a été active de 1970 à 2004. Après de nombreux projets tombés à l’eau, le site est totalement à l’abandon. Très fréquenté par les jeunes, le site est surveillé par des rondes de police régulières.

Après avoir trouvé un trou dans le grillage et s’être  assuré que la rue était vide, la visite peut débuter.

Peu de choses à voir dans les étages hormis des tags très présents et beaucoup de déchets. Quelques vues extérieures du bâtiment avant de revenir à l’intérieur.

Retour au rez de chaussée avec la visite des amphithéâtres.

Au dessus des amphithéâtres, un vestige de projecteur assez bien conservé, vu l’état général du bâtiment.

Après une petite heure  de visite, retour vers la sortie.

La fabrique de Félix

Exploration d’une ancienne usine qui fabriquait des produits métalliques ainsi que des meubles.

Après avoir attendu que la rue se vide, la visite peut commencer. Elle débute par les bureaux.

On y trouve beaucoup de dossiers éparpillés au sol et du mobilier de bureau. Le site ne semble pas avoir été vidé à sa fermeture.

A côté des bureaux, un mur éclaté permet d’accéder ensuite directement aux réserves des ateliers.

Dans une salle annexe, tout un tas de cartons et de publicités.

Une petite salle au fond des ateliers comprend quelques restes d’outillage.

Plusieurs machines sont encore présentes.

Encore des documents en quantité :

Dans une réserve, un meuble ancien avec de belles finitions.

Au premier étage, au dessus des bureaux, se trouve une salle d’archives. Des dossiers et quelques vieilles imprimantes dans leurs cartons sont visibles.

Retour vers les bureaux  puis visite d’une autre zone d’ateliers.

Plusieurs étagères contiennent encore de l’outillage.

Des fûts contenant des produits dangereux sont présents. Fermée assez récemment, la dépollution n’a pas encore eu lieu.

Un petit carton contient encore quelques poignées.

Au bout d’une heure, fin de la visite. Celle-ci fut intéressante, il reste encore beaucoup de choses à voir. Il est toujours étonnant de trouver autant de matériels abandonnés lors de l’exploration de friches industrielles.

 

La maison de retraite des oubliés

Visite d’une ancienne maison de retraite fermée suite à des pertes financières et à un important problème de vétusté. En effet, le bâtiment principal présente des fissures inquiétantes par endroit.

L’exploration débute par la maison du directeur.

 

En bas le garage avec des traces d’incendie.

Au premier étage, un petit réfectoire aux couleurs assez sympas et une petite chambre.

 

 

Après avoir fait le tour de ce petit bâtiment, passons ensuite au bâtiment principal.

En bas, une salle qui semble être le réfectoire. Assez sale avec pas mal de déchets au sol.

Une petite cuisine.

Une succession de couloirs mène ensuite vers les chambres du rez de chaussée.

Celles-ci sont encore meublées pour la plupart.

 

Fin du rez de chaussée, direction le premier étage. Quelques chambres en bon état

Plus loin, une salle de bain avec du linge partout. Au passage, une petite vue sur l’extérieur du bâtiment. On voit clairement que le rez de chaussée est englouti sous la végétation.

Une autre salle d’eau assez jolie et ancienne.

A côté une chambre avec encore du mobilier dont un lit médicalisé intact. Quelques bibelots, des anciens cadres aux murs ou posés au sol.

Direction le deuxième étage, sous les combles. Encore quelques chambres. Quelques traces de vandalisme, très courant dans ce type de lieu.

Retour au premier niveau. Dans un coin une chaise pour se soulager.

Une vue depuis le balcon.

Direction le rez de chaussée pour clore cette visite.

A l’avant du bâtiment, une grande terrasse abritée servait de lieu de détente aux personnes âgées.

 

Vue d’ensemble du bâtiment depuis le chemin d’accès.

La visite est achevée. Les derniers occupants ont été relogés dans un établissement plus récent. Que deviendra ce site ? Actuellement livré au pillage, peut être sera t’il réhabilité, à voir.

 

 

 

 

L’auberge du Rond d’Orleans

Cette auberge restaurant est complètement partie en fumée en décembre 2015. Elle fut pourtant réhabilitée complètement en 2014.

Visite des lieux :

L’intérieur n’est plus qu’un tas de débris calciné.

Quelques sièges préservés des flammes.

Une cheminée en brique assez jolie, recouverte par la suie.

Une machine à café sous un tas de débris.

La cuisine est l’endroit le mieux préservé du site, on y retrouve encore quelques éléments.

Triste fin pour cette auberge vouée maintenant à la démolition.

La résidence des anciens

Exploration d’une ancienne résidence pour personnes âgées dont la fermeture est récente. Le site comprend plusieurs dizaines de logements répartis sur plusieurs étages.

L’accès trop simple au site montre que le bâtiment est squatté en permanence. Des dégradations et traces de pillages sont visibles mais restent mineures. Des projets existent pour le site mais restent bloqués par des problèmes juridiques.

La visite des étages n’a pu être effectuée pour des raisons évidentes de sécurité (visite en solo).

 

 

La mosquée des radicaux

Exploration d’une mosquée de banlieue à l’abandon. Sa fermeture prévue depuis un long moment a été accélérée par le contexte sécuritaire actuel. Elle a servi par le passé a des prêches islamistes radicaux.

L’Etat, propriétaire du terrain envisage sa destruction afin d’y installer une autre activité.

MAJ : Le site est en cours de destruction, le bâtiment accueillant les prières est à terre.

 

La filature de la rivière

Une ancienne filature fondée vers le milieu du 19 ème siècle et fermée dans les années 80.

Le site assez vaste comprend plusieurs bâtiments. On retrouve sur place encore de nombreux vestiges.

Aujourd’hui, le site délaissé, attend sa nouvelle affectation.