Archives par étiquette : yvelines

Descenderie de l’oubli

Cette ancienne descenderie permettait la jonction entre la carrière de gypse située juste au dessus et la plâtrière en contrebas. Les wagonnets transitaient par le tunnel et remontaient grâce à un système de treuil encore présent. Aujourd’hui la liaison descenderie-carrière est définitivement interrompue par un éboulement. A noter la présence d’un petit squat cataphile.

Camping de la centrale

A côté d’une centrale électrique en pleine activité, cet ancien camping est laissé à l’abandon. Les propriétaires ont dû être expropriés suite à l’implantation de pylônes dans l’enceinte du camping. Il ne subsiste aujourd’hui que deux bâtiments toilettes / douches.

Le centre technique EDF

Visite d’un ancien centre technique EDF voué à la démolition. Vide, l’intérêt du site réside dans la partie restaurant encore en place.

Carrière des Groues

Visite sous un temps pluvieux de la carrière des Groues. Le cavage est au bout d’une allée en plein milieu d’un quartier pavillonnaire. Cette petite cavité a servi au stockage de ferraille.

On y trouve de vieux vélos et un tractopelle. Cette sympathique carrière présente aussi de belles arches de confortation.

 

Carrières du Buat

Visite de deux carrières souterraines se trouvant côte à côte, le long d’une petite route.

La première comprend une petite partie troglodyte. Peu profonde et assez taguée, on en a vite fait le tour :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On accède à la deuxième cavité par un fontis. Un peu dégradée vers l’entrée, on trouve un peu plus loin des galeries plus anciennes avec de nombreux piliers à bras.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

carrière de Vaux Renard

Visite de la carrière de gypse de Vaux Renard. Elle était reliée à ses voisines dont la dernière en activité Port Maron. De nos jours, il subsiste de ce grand réseau, un long tunnel avec de très belles arches de confortations.

Le massif forestier est interdit d’accès. Cette zone est dangereuse car de nombreux effondrements ont lieu en surface. Mieux vaut s’y aventurer avec prudence.

L’entrée perdue en pleine forêt est au 3/4 remblayée.

A côté du tunnel d’accès, quelques restes de galeries renforcées par des arches.

Le tunnel d’accès s’achève définitivement sur un éboulement.

Les volumes sont impressionnants.

Retour vers la sortie.

Carrière de la résidence

Cette ancienne carrière de gypse se trouve dans une résidence privée, juste à côté des immeubles d’habitation. Son entrée est partiellement murée et jonchée de déchets.

Un immense fontis a vu le jour. Celui-ci plutôt photogénique donne un peu plus d’intérêt à cette petite carrière.

Carrière de Port Maron

La carrière de Port Maron était reliée à ces voisines Saint Nicaise, Vaux Renards et la mécanique. Elle fut la dernière carrière du massif de l’Hautil en activité. On extrayait ici des blocs de gypse qui étaient transportés vers les plâtrières situées plus bas.

Le temps a fait son oeuvre et de nombreux éboulements ont raccourci ce très grand réseau.

La mairie tenta de fermer l’accès à la carrière par une porte blindée, celle-ci ne resta pas longtemps en place. La visite de cette carrière est dangereuse. Le taux de CO2 est par endroit très élevé et les effondrements sont importants.

Le tunnel d’accès mène à une longue galerie noircie. Celle-ci se poursuit après un premier effondrement.

Au sol quelques rares restes de rails Decauville.

Vers le milieu de la galerie, un ancien wagonnet est en attente.

Cette grande galerie s’arrête définitivement sur un effondrement. Retour vers l’embranchement précédent.

Cette autre galerie permet l’accès au reste du réseau. Dans un coin, on trouve un vestige de racleur.

A cet endroit, une galerie parallèle à la première effondrée s’enfonce dans le massif. Sur tout le long un tuyau qui pompait l’eau vers la sortie.

Certains renforts tiennent encore comme ce pilier maçonné.

Les allemands ont occupé la carrière pendant la période 39/45. Ils y ont laissé des inscriptions sur les parois.

Dans un petit local, plusieurs arches avec leurs dates d’édifications :

Dans cette partie de la carrière, l’oxygène se raréfie. Il est temps de faire marche arrière afin d’éviter des problèmes respiratoires.

Retour vers l’extérieur en repassant devant les effondrements près du cavage.

 

Carrière de la mécanique

La carrière de la mécanique aussi surnommée la carrière des ânes est une ancienne carrière de gypse du massif de l’Hautil. Elle servait de liaison entre les carrières de Saint Nicaise et de Port Maron, situées un peu plus haut.

Aujourd’hui perdue en plein sous bois, il ne reste de cette cavité qu’un  tunnel d’accès d’une centaine de mètre qui s’arrête définitivement sur un éboulement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Carrières des Sept cavages

Ce réseau de carrière facilement accessible est très étendu. Assez dégradé vers les cavages d’entrées, il devient plus propre et intéressant en s’enfonçant dans ses entrailles. Une belle zone champignonnière en sac est présente, son exploration viendra plus tard.

 

 

 

 

 

 

 

Carrière de la patate

Quelques photos de la célèbre carrière de la patate. Malgré un air d’abandon, cette carrière sert encore de nos jours aux stockages de légumes. A l’entrée, quelques tas de pommes de terre sont visibles.

Dans des galeries secondaires, on retrouve plusieurs anciens camions Citroën dégradés et plusieurs petits squats cataphiles.

La carrières possède des galeries plutôt hautes.

La villa Sapene

La villa Sapene ou appelée aussi le « bordel allemand » est une grande maison ruinée perdue dans les bois. Il ne subsiste que les murs tagués. A noter la présence d’airsofteurs le weekend.

L’accès aux étages est possible mais assez dangereux.

 

 

Carrière de la cimenterie

Visite d’une petite carrière en bordure de la cimenterie. Protégée par une porte et des parpaings, la serrure a été fracturée par des gens du coin, permettant ainsi l’accès au réseau.

Carrière Spinelli

Visite de la carrière Spinelli / Champisac. La superficie de cette carrière est estimée à 20 hectares environ. Elle fut utilisée en tant que champignonnière.

(Récapitulatif de plusieurs visites)

 

 

Le foyer mères enfants

Exploration d’un ancien foyer mères enfants d’île de France. Le site a accueilli du public jusqu’en 2008. Désaffecté depuis il sert de base d’entraînement pour les pompiers et le GIGN.