Archives par étiquette : désaffectée

Carrière Sebillotte

La carrière Sebillote fait partie des nombreuses carrières du massif de l’Hautil. D’abord utilisée pour l’extraction de blocs de gypse, elle fut par la suite transformée en champignonnière. Elle est aujourd’hui désaffectée.

Cette carrière renferme toute une collection de graffitis anciens que je vous invite à découvrir ici :

Carrière Gandrille

La carrière Gandrille a servi en tant que champignonnière. Plutôt vaste, l’intérieur est propre. Ici, pas de tags, ni de traces d’incendie, ce qui rend la visite agréable.

Autour du cavage, on trouve plusieurs baraquements et un ancien camion dévoré par les arbustes.

A l’entrée de la carrière, la partie bureau avec encore un peu de mobilier.

Le vestiaire avec ses casiers :

Un peu plus loin une balance de champignonniste.

Dans les caves, plus de sacs à champignons. Tout a été vidé à la fermeture.

La partie chaudière avec ses cuves à fioul.

Après s’être promené dans les caves et les galeries d’inspection, retour vers l’entrée en repassant par la zone atelier.

Sur une palette, tout un tas de pierre :

Sortie de la carrière et fin de cette visite.

 

 

Maison de charbon

Visite d’une petite maison dont une partie a été ravagée par un incendie. La visite débute par le rez de chaussée. Le mobilier est retourné et jeté ici et là.

A l’étage, les traces de l’incendie sont bien visibles. Les murs sont noircis et le plancher en partie brûlé.

A côté de la maison, un garage avec une voiture bien malmenée.

 

Carrière méli mélo

Une grande carrière à ciel ouvert possédant une partie souterraine. On retrouve sur place quelques bâtiments, un bulldozer et de très nombreux blocs de pierre.

Après un long chemin d’accès, arrivée à la carrière à ciel ouvert.

Plusieurs bâtiments s’y trouvent.

Plusieurs accès à la partie souterraine. Commencement par la partie atelier.

Quelques restes de champignonnière en motte.

Un wagonnet pour transporter / faire pivoter un bloc.

Dans une cavité annexe, une ancienne cabine de camion.

Derrière un champ de blocs et bien caché, un bulldozer attend un nouveau départ.

 

 

 

La maison de retraite des oubliés

Visite d’une ancienne maison de retraite fermée suite à des pertes financières et à un important problème de vétusté. En effet, le bâtiment principal présente des fissures inquiétantes par endroit.

L’exploration débute par la maison du directeur.

 

En bas le garage avec des traces d’incendie.

Au premier étage, un petit réfectoire aux couleurs assez sympas et une petite chambre.

 

 

Après avoir fait le tour de ce petit bâtiment, passons ensuite au bâtiment principal.

En bas, une salle qui semble être le réfectoire. Assez sale avec pas mal de déchets au sol.

Une petite cuisine.

Une succession de couloirs mène ensuite vers les chambres du rez de chaussée.

Celles-ci sont encore meublées pour la plupart.

 

Fin du rez de chaussée, direction le premier étage. Quelques chambres en bon état

Plus loin, une salle de bain avec du linge partout. Au passage, une petite vue sur l’extérieur du bâtiment. On voit clairement que le rez de chaussée est englouti sous la végétation.

Une autre salle d’eau assez jolie et ancienne.

A côté une chambre avec encore du mobilier dont un lit médicalisé intact. Quelques bibelots, des anciens cadres aux murs ou posés au sol.

Direction le deuxième étage, sous les combles. Encore quelques chambres. Quelques traces de vandalisme, très courant dans ce type de lieu.

Retour au premier niveau. Dans un coin une chaise pour se soulager.

Une vue depuis le balcon.

Direction le rez de chaussée pour clore cette visite.

A l’avant du bâtiment, une grande terrasse abritée servait de lieu de détente aux personnes âgées.

 

Vue d’ensemble du bâtiment depuis le chemin d’accès.

La visite est achevée. Les derniers occupants ont été relogés dans un établissement plus récent. Que deviendra ce site ? Actuellement livré au pillage, peut être sera t’il réhabilité, à voir.

 

 

 

 

L’auberge du Rond d’Orleans

Cette auberge restaurant est complètement partie en fumée en décembre 2015. Elle fut pourtant réhabilitée complètement en 2014.

Visite des lieux :

L’intérieur n’est plus qu’un tas de débris calciné.

Quelques sièges préservés des flammes.

Une cheminée en brique assez jolie, recouverte par la suie.

Une machine à café sous un tas de débris.

La cuisine est l’endroit le mieux préservé du site, on y retrouve encore quelques éléments.

Triste fin pour cette auberge vouée maintenant à la démolition.

Clinique psychiatrique du calvaire

Exploration d’une ancienne clinique psychiatrique fermée il y a plusieurs années. Elle était trop petite et pas adaptée aux nouvelles normes handicapées. Sous alarme il y a encore peu de temps, la visite a pu toutefois se faire sans perturbation.

La résidence des anciens

Exploration d’une ancienne résidence pour personnes âgées dont la fermeture est récente. Le site comprend plusieurs dizaines de logements répartis sur plusieurs étages.

L’accès trop simple au site montre que le bâtiment est squatté en permanence. Des dégradations et traces de pillages sont visibles mais restent mineures. Des projets existent pour le site mais restent bloqués par des problèmes juridiques.

La visite des étages n’a pu être effectuée pour des raisons évidentes de sécurité (visite en solo).

 

 

Coopérative des hauts silos

Exploration d’une ancienne coopérative comportant deux grands silos. L’un était facilement accessible et offrait une ascension sécurisée.

La clinique du manoir

Une ancienne clinique psychiatrique fermée il y a quelques années, suite à la modernisation de ses services.

MAJ novembre 2016 : Site réhabilité, plus accessible.