Archives par étiquette : carrière IDF

Champignonnière de gypse

Cette vaste champignonnière en sacs se situe dans une carrière de gypse de seconde masse. Les effondrements sont fréquents et ont fortement affecté le réseau, plusieurs jonctions ne sont désormais plus praticables. De nombreux vestiges sont visibles, un ancien camion Bedford, des passages avec des arches, des réservoirs de champignonniste, etc..

La carrière amputée

Cette carrière de calcaire a perdu la majorité de sa surface suite à la construction d’une route rapide à proximité. Il ne subsiste que quelques piliers et bouts de galeries en grande partie remblayés ou murés.

Galeries des réservoirs

Ces deux galeries voûtées sont les vestiges d’un vaste aqueduc souterrain sillonnant la forêt. Plusieurs regards conduisent vers la surface. Le fond de la première galerie a été injectée, la deuxième d’une hauteur avoisinant les 1M50 possède toujours son entrée / sortie.

Première galerie :

 

Deuxième galerie :

Glacière du Roquet

Perdue en plein bois, cette petite glacière s’étend sur plusieurs petits niveaux. On accède au fond via une succession de petits escaliers taillés dans la masse.

Sablière des Vignes

Grande exploitation de sable à ciel ouvert. Un site magnifique où la végétation repousse doucement.

Plusieurs vestiges sont visibles comme une portion de rail, une benne de wagonnet et un vestige de machine.

Carrière de la Minette

Petite carrière de calcaire qui ne comprend qu’une seule et longue galerie. Les effondrements sont importants, la ligne de chemin de fer voisine fragilise l’ensemble. Un fontis, plutôt photogénique, est venu à jour près de l’entrée opposée.

Tunnel abri de la base allemande

Ce tunnel maçonné servait de lieu de protection en cas de bombardement car la carrière proche était occupée par l’armée allemande. Des missiles V1 furent stockés dans les galeries.

Champignonnière des Bruyères

Cette vaste carrière de calcaire fut utilisée en tant que champignonnière. La culture du champignon était réalisée sur des petites mottes et des pics métalliques. Cette méthode est plutôt unique en son genre. Cette carrière abrite une belle zone inondée et la zone vers le cavage principal est renforcée par quelques piliers à bras.

Carrière du débarras

Petite carrière de calcaire, utilisée en champignonnière et en bon état de conservation. Par endroits le ciel est soutenu par des étais en bois ou des piliers maçonnés. Peu de vestiges d’exploitation sont visibles, à l’entrée de la carrière un énorme tas de bric à brac sans rapport avec le monde souterrain.

 

 

Carrière des perfectionnistes

Cette vaste carrière de craie s’étend sur plusieurs niveaux reliés entre eux par des escaliers ou des pentes douces. La hauteur des galeries est ici tout aussi impressionnante que le travail des carriers. Le travail est soigné, le ciel de carrière et les galeries parfaitement taillés. La carrière fut par la suite utilisée en champignonnière, de nombreuses mottes témoignent de cette époque. De nombreux autres vestiges d’exploitation sont visibles comme plusieurs wagonnets, un treuil reliant les différents niveaux ainsi que les vestiges d’un monte charges.

Cette magnifique carrière est malheureusement destinée à finir combler sous des tonnes de remblais et autres immondices, afin d’accélérer la construction de bâtiments en surface. Les promoteurs et les élus locaux se souciant peu du patrimoine qui se trouve sous leurs pieds.

 

Abri de défense passive

Cette carrière de calcaire a été transformée en abris de défense passive lors du conflit 39/45. Depuis cette période, le réseau a perdu une grande partie de sa superficie, en cause la bétonisation massive du secteur. Aujourd’hui, des coulées de boue rendent la progression difficile. Le site semble voué à disparaître prochainement, comme les bâtiments se trouvant au dessus, détruits il y a peu.

 

Carrière du serpent de pierre

Petite carrière de sable dont le développement se fait autour d’une seule et courte galerie. La hauteur de plafond est variable, attention à la tête.

Carrière chaotique

Cette petite carrière de calcaire est localisée en plein bois. L’état de la carrière est désastreux, les éboulements sont très nombreux, les renforts rouillés craquent. La visite se limite qu’à quelques galeries car le ciel est très menaçant par endroit.

Carrière de l’arche perdue

Isolée en plein bois cette petite carrière de sable est difficile à localiser. Elle se compose de plusieurs grandes poches de sable se trouvant sous de gros blocs de grès. Cette carrière comporte aussi un tunnel d’accès qui est en partie effondré, celui-ci ne permet plus la jonction avec la cavité.

 

Carrière du coureur

L’entrée en cavage de cette petite carrière est soigneusement camouflée dans la végétation.  L’accès aux galeries se fait via une chatière. La visite est rapide car la carrière est peu étendue.